Retour à l’accueil > Actualité > AZF : "Je me souviens…"

Il y a dix ans, à Toulouse…

AZF : "Je me souviens…"

Un poème de Régine Bernot

Toulouse, vendredi 21 septembre 2001, 10 heures 17. Une explosion vient de souffler le complexe chimique, que tout le monde ici appelle encore « l’Onia », au sud de la ville.
Terrifiante.
Au fil des heures, on apprend que les morts se comptent par dizaines, les blessés par centaines, les sinistrés par milliers. Un nuage ocre s’étire sur l’agglomération. Les Toulousains, abasourdis, semblent ne pas parvenir à réaliser : vient de se produire ce qu’ils redoutaient depuis des décennies, ce que des générations avaient prédit sans être vraiment prises au sérieux…


Il y a donc 10 ans de cela. Et c’était juste 10 jours après les attentats du 11-Septembre...
Régine Bernot travaillait à ce moment-là dans un bâtiment qui était à moins de 400 mètres de l’usine AZF ... Régine aime la littérature, écrit des nouvelles et des poèmes. Elle n’a pas oublié et témoigne ici avec ce poème.
Son mari, Guy, dont les photos illustrent nombre de pages de revue-texture.fr, lui aussi se souvient et confie quelques images de ce terrible accident industriel.

JE ME SOUVIENS…

C’était un vendredi,
le matin lumineux
d’un mois de septembre
qui sentait le raisin.

Je me souviens
d’une explosion furieuse
libérant l’épouvante
du tréfonds des mémoires.

La pluie d’acier,
le fiel de l’usine
en tourbillons rageurs
et le soleil, soudain, escamoté.

Je me souviens
d’un ciel vide d’oiseaux
et ce nuage ocre qui flottait
au dessus de notre débâcle.

Toitures naufragées,
façades énucléées
et ventres béants des maisons
affalées dans leurs vomissures.

Je me souviens
du sang en éclaboussures
de vermeil, grenade
éclatée sur le bitume

Et le tranchant des cris

sur les chairs à vif,
les regards de noyés
dans la violence des sirènes.

Je me souviendrai
demain et plus loin encore,
tatouage d’effroi
sur ma peau de mémoire

Régine Bernot

Lire aussi :

« Implosion », une nouvelle de Michel Baglin


J’ai écrit à l’époque une nouvelle pour le recueil collectif « Toulouse sang dessus dessous » publié par Loubatières éd. au profit des sinistrés.
On peut la lire ici.

__1__

samedi 10 septembre 2011

Remonter en haut de la page
-2017 Revue Texture Contact | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0