Retour à l’accueil > Actualité > Des poèmes et des notes…

Brèves d’été

Des poèmes et des notes…

Le grand rendez-vous poétique de juillet est sans conteste celui du Festival « Voix vives de Méditerranée en Méditerranée » de Sète (19-27 juillet). Mais il en est d’autres qui jalonneront l’été, mêlant la musique aux mots…



Sète, capitale poétique de la Méditerranée…

Grande fête de la poésie, le Festival « Voix vives de Méditerranée en Méditerranée », est une invitation faite au public de mieux connaître la poésie méditerranéenne contemporaine, de s’emparer d’un imaginaire poétique et littéraire attaché à une géographie, à des territoires, d’en découvrir et d’en partager les cultures.
Pour sa 16e édition et sa 4e édition à Sète, il accueillera, pendant neuf jours, du 19 au 27 juillet une centaine de poètes et d’artistes venus de toutes les Méditerranées, soit 38 pays ! L’an dernier, près de 46000 spectateurs ont arpenté les rues pendant le Festival, témoignant ainsi combien les voix des poètes de la Méditerranée demeurent « vives » à Sète, à la fois vivantes et vivaces.

Et la programmation est tout aussi riche cette année. Le Festival proposera en effet plus de 550 événements poétiques et musicaux, depuis 10 heures le matin jusqu’à minuit. Des siestes poétiques et musicales dans des transats, dans des hamacs, des lectures sur un vieux gréement accompagnées de musiciens, à bord de voiliers ou de grandes barques, des dialogues entre des poètes de toutes les cultures, des poésies rythmées par la musique des langues, dans des jardins, à l’ombre de grands arbres, sous une tente caïdale, dans les rues transformées elles-mêmes en jardins, des rencontres mêlant poètes, comédiens, musiciens, conteurs, chanteurs, une Place du Livre accueillant de nombreux éditeurs et de nombreuses rencontres, des lectures à la chandelle, des spectacles au Théâtre de la Mer et dans le jardin du Château d’eau… sont au programme.

Des comédiens de renom prêtent leurs voix et leur sensibilité à la poésie avec des spectacles au Théâtre de la Mer, ainsi que des musiciens et des chanteurs : on pourra notamment y écouter Roula Safar, Marie-Paule Belle, Aïcha Redouane, Paci Ibanez, Antonio Canales, etc.
J’aurai pour ma part le plaisir de vous y retrouver puisque je fais désormais partie de l’équipe des animateurs des rencontres.

Pour en savoir plus, cliquer ici



Gaillac : une expo Jean Vodaine

Une exposition consacrée au poète Jean Vodaine vient d’être installée à la librairie-galerie de Gaillac, 3 rue Max de Tonnac, près de l’abbaye St Michel. Conçue par Roger Roques (librairie Champavert à Toulouse, 2 rue du Périgord), l’expo présente un ensemble de gouaches, typographies, linogravures et affiches appartenant à un ami de Vodaine, ainsi que des exemplaires de sa superbe revue Dire, appartenant au poète Christian Hubin, qui devrait venir vers la mi-septembre pour une lecture.
La galerie est ouverte en semaine sur rendez-vous, et le week-end l’après-midi de 17h à 19h30. tel : 05 63 57 56 14 et 06 12 15 30 68.



Lauzerte (82) : Place aux Nouvelles 2013.

La huitième édition de Place aux Nouvelles, festival littéraire centré sur la nouvelle, se déroulera le dimanche 8 septembre à Lauzerte, superbe bastide moyenâgeuse du Tarn-et-Garonne. Ce jour-là la place des Cornières fera « Place aux Nouvelles » ; une trentaine d’écrivains y seront rassemblés. Ils s’entretiendront avec les visiteurs, dédicaceront leurs livres, liront leurs nouvelles dans des jardins avoisinant, participeront à des débats, animeront des ateliers d’écritures...

Parmi les écrivains invités trois sont des auteurs de b.d. et plusieurs ont écrit des romans ainsi que des ouvrages pour la jeunesse.
Pour en savoir plus : http://www.placeauxnouvelles.fr/ (liste des auteurs invités : animations/dédicaces 2013)

Programme :
samedi 7 septembre
• 16h : atelier « Slam » ouvert à tous, au Puits de jour
• 22h : restitution atelier « Slam » en présence des écrivains

dimanche 8 septembre
• 11h à 18h30 : les écrivains dédicacent leurs ouvrages sur la place des Cornières.
• 12h : apéro/débat avec les auteurs de b.d. « courtes » Charles Berberian, Guillaume Bouzard et Jean-Christophe Denis.
• 14h30 à 18h les écrivains lisent leurs nouvelles dans le jardin de la médiathèque et dans le jardin Arts Points de vue. Apportez chapeau et éventail !
• 15h : atelier d’écriture « la petite fabrique d’émotions » animé par Françoise Guérin.
Pour participer à l’atelier, s’inscrire auprès de la médiathèque (05 63 94 70 03), nombre de participants limité à 12 personnes.
• 16h : Débat avec 5 auteurs de nouvelles
• 16h : réunion à la mairie du jury du Prix de la nouvelle de la femme renard – Lauzerte 2013.

• 17h : Débat
• 17h : réunion à la mairie du jury du Prix Jeunesse de la Nouvelle – Lauzerte 2013
• 18h30 un apéritif sera offert par la mairie – Annonce du recueil ayant obtenu le Prix de la Nouvelle de la femme renard – Lauzerte 2013 et de la nouvelle ayant obtenu le Prix Jeunesse de la Nouvelle – Lauzerte 2013
n.b. Toute personne ayant lu les 5 recueils en compétition peut participer au jury du Prix de la nouvelle de la femme renard – Lauzerte 2013 (16 h. Mairie)



Kijno & Combas à Vascœuil

Le château de Vascœuil (près de Rouen) accueille une exposition Combas & Kijno. Travaux personnels des deux artistes, mais aussi travaux à quatre mains occupent les salles. C’est ainsi qu’on peut voir Le Chemin de Croix qu’ont réalisé les deux artistes en 2003-2005 et au sous-sol des petites toiles érotiques (de vraies splendeurs) datant de ces dernières années. Par ailleurs si Combas donne à voir de grands formats tout à fait dans sa manière, Kijno est représenté par un ensemble qui va de 1961 à 1984 dans la salle qui lui est consacrée, mais aussi par des œuvres sur papier et même une statuette africaine qu’il a recouverte de signes colorés…
L’exposition est visible jusqu’au 27 octobre 2013 ; tous les jours en juillet-août, du mercredi au dimanche (l’après-midi) en septembre-octobre. (L Wasselin)



Soutien au poète tunisien Moncef Ouhaibi menacé de mort


« Ne faites pas la prière
Ce vendredi
Ne lisez pas la Fatiha
Levez-vous comme les Tunisiennes et les Tunisiens
En ce vendredi
Psalmodiez : louange au peuple
Notre seigneur à nous tous
Psalmodiez : louange au soleil
Que le peuple fait rouler en ses mains
Psalmodiez : louange à la terre
Que le peuple entoure
Et fait tourner dans ses mains
Que toute chose se taise
Ce vendredi (...)
N’entendez-vous rien ?
Mais si, écoutez bien
C’est le bruit de ses bottes
Le despote
Qui s’enfuit
Qui part
En hâte
Qui traîne ses pas lourdement
Vers l’endroit où
Il s’endormira
Dans un cadavre vide »

Ce poème est extrait de « Que toute chose se taise » de Moncef Ouhaibi publié par les éditions Bruno Doucey en janvier 2012.On comprend aisément que, s’il s’inscrit dans la mouvance des révoltés qui ont chassé le dictateur et impulsé un nouveau printemps de liberté, il ulcère du même coup ceux qui ne rêvent que d’asservir un peuple qui garde la tête haute. La bêtise des islamistes et de tous les chiens de dieu est sans fond, elle est surtout mortelle pour l’intelligence et la dignité humaine. Moncef Ouhaibi peut en faire, physiquement, les frais.
Voici le communiqué que transmettent les éditions Bruno Doucey :

« Depuis plusieurs semaines le poète tunisien Moncef Ouhaibi est l’objet d’insultes et de diffamation. Il nous a alertés sur les menaces de liquidation physique qu’il reçoit désormais. Nous condamnons avec la plus grande fermeté ces attaques qui cherchent à faire taire une grande voix progressiste de la Tunisie. Preuve s’il en était encore besoin que la poésie fait peur aux dictateurs et intégristes de tous ordres, que la poésie est un rempart contre la barbarie. Nous apportons notre total et inconditionnel soutien à Moncef Ouhaibi et appelons les autorités tunisiennes à prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer sa protection. Avec notre solidarité indéfectible. » Les Éditions Bruno Doucey
Il va sans dire que le soutien de Texture est tout aussi inconditionnel.



Paris : un film sur Georges-Emmanuel Clancier

Georges-Emmanuel Clancier, homme d’humilité et de ferveur que tous ceux qui l’ont approché apprécient (voir ici son portrait ), est entré dans sa 100e année. Poète du « Paysan céleste » et de « l’éternité plus un jour » , romancier de la fameuse suite romanesque du « Pain noir » , essayiste, il fut aussi journaliste de presse écrite et de radio (à la RTF). Sa ville de Limoges vient de rendre hommage à l’illustre enfant du pays en lui consacrant une exposition intitulée "Passager du temps", sur sa vie et son œuvre, à la Bibliothèque francophone multimédia (Bfm).
Les éditions de la Table Ronde viennent, elles, d’en publier le catalogue, sous le même intitulé, un bel ouvrage préfacé par Pierre Bergounioux, réunissant des entretiens, de nombreuses reproductions de photos, de manuscrits et documents tirés des archives personnelles, des évocations du poète de la Résistance (il était notamment le correspondant clandestin de la revue Fontaine de son ami Max-Pol Fouchet), du journaliste, de l’humaniste engagé, du citoyen du monde, du mémorialiste et du poète qui a toujours envisagé la poésie « comme éveil perpétuel ». Un ouvrage de référence (80 pages. 18 euros)



Lisle-sur-Tarn : « Avec Yves Rouquette… »

Poète et chanteur, Jacques Ibanés (voir ici) propose un spectacle-lecture à partir des textes d’Yves Rouquette, au musée Raymond Lafage de Lisle-s/Tarn (31), le dimanche 7 juillet 2013 à 17h30.
Intitulé « Avec Yves Rouquette… Humiliés et offensés », ce récital fera alterner dans un riche dialogue les poèmes d’un des poètes contemporains majeurs de l’Occitanie et les chansons en résonance dont les paroles sont signées Norge, Rutebeuf, Jammes et les musiques Trenet, Brassens, Leclerc, Ferré…

Informations : Jacques Ibanés. 06 67 23 58 99. jacques.ibanes@orange.fr site : http://perso.orange.fr/ibanes/



Décès d’Alain Jégou

JPEG - 54.9 ko
Alain Jegou par Jean-Yves Gloaguen

Je viens de l’apprendre, le poète et écrivain Alain Jégou est décédé le 6 mai dernier. Il avait 65 ans et luttait avec courage contre le cancer depuis plusieurs années. Né en 1948 à Larmor-Plage (Morbihan), il a été marin pêcheur à Lorient, tout en consacrant sa vie à la poésie et à l’écriture. Il fut proche des poètes de la Beat Generation et des Amérindiens, et son œuvre a été saluée par plusieurs prix (Prix Xavier-Grall, Prix Henri-Quéffelec, prix Albatros, Prix de la Compagnie des Pêches au Festival Etonnants Voyageurs).
Marie-Josée Christien, poète et animatrice de la revue Spered Gouez / L’esprit sauvage à laquelle il collaborait, lui rend un bel hommage. A lire ici.

Voir également le site http://alainjegou.blogspot.fr



Gaston Puel
s’est éteint

Décidément, ce printemps n’est pas gai : je viens d’apprendre la mort de Gaston Puel, décédé ce mardi 4 juin après avoir longtemps et vaillamment résisté à la maladie.
Il était né en 1924 à Castres et vivait à Veilhes, près de Lavaur. Il laisse une œuvre abondante et forte. C’était un ami de longue date et je renvoie au portrait et à l’entretien que je lui consacre ainsi qu’aux critiques de Georges Cathalo. (voir ici).



samedi 13 juillet 2013, par Michel Baglin

Remonter en haut de la page



Jean-Luc Nativelle, Prix des Lecteurs du Télégramme

Après Yasmina Khadra en 2006 pour L’Attentat (Julliard), Claudie Gallay en 2009 pour Les Déferlantes (Le Rouergue), ou encore David Foenkinos en 2010 pour La Délicatesse (Gallimard), le Prix des Lecteurs du Télégramme 2013 vient d’être décerné à Jean-Luc Nativelle pour son roman Le Promeneur de la presqu’île (éditions du Petit Véhicule). Roman-gigogne, roman-puzzle, roman polyphonique : Le Promeneur de la presqu’île emporte le lecteur dans son écriture sinueuse, parfaitement maîtrisée. « Tour à tour charmant et d’une étonnante violence dramatique » selon Marie Sizun – elle-même lauréate du Prix des Lecteurs du Télégramme en 2008 avec La Femme de l’Allemand (Arléa) – ce roman interroge notre rapport aux autres et au lieu que nous habitons, sur la difficulté de faire face à la différence. (Éditions du Petit Véhicule 20 rue du Coudray 44000 Nantes. 02 40 52 14 94. http://editionsdupetitvehicule.blogspot.fr/ )



André Schmitz, Prix Maurice Carême

André Schmitz, poète belge, a obtenu le Prix Maurice Carême de Poésie pour son recueil « Pour ainsi dire Pour ainsi
vivre »
paru au Taillis Pré, en 2012.



-2017 Revue Texture Contact | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0