Retour à l’accueil > Actualité > Fin d’hiver en toutes lettres...

Brèves de mars 2015

Fin d’hiver en toutes lettres...

Quelques-uns des rendez-vous qui sont à l’affiche.



Gilbert Baqué nous as quittés

Je viens d’apprendre le décès du poète toulousain Gilbert Baqué, survenu hier jeudi. Né en 1935 à Toulouse, Gilbert a passé son enfance dans le Lauragais. Il a été instituteur et engagé dans la vie littéraire toulousaine, notamment auprès de René Gouzenne dont il fut l’ami, et de la Cave poésie, dont il était membre du Conseil d’admininistration. Publié en diverses revues, dont Action poétique, il a fait paraître notamment « Désorient » (éditions Tribu), « Soleils » (éditions de la Renaissance) et « Ressacs » (éditions n&b), ou encore dernièrement « Fin provisoire ».
Son écriture était simple et chaleureuse. Il avait aussi cette fraternité du militant politique qui se battait pour un monde plus juste. Il savait être à l’écoute des autres. Il donnait ainsi des critiques de spectacles quand il ne s’adonnait pas à son autre passion : le jazz. Son trombone dans le groupe Calamity Jazz a enchanté bien des soirées et des lieux.
Son enterrement aura lieu ce samedi 11 avril à 17 heures au cimetière de Pahin, à Tournefeuille (31).



Le Printemps de Durcet

L’association, « Le Printemps de Durcet », continue vaillamment à emprunter les petites routes de la poésie, à l’initiative de J-C Touzeil…

La prochaine édition 2015 aura lieu à Durcet (61) les 10, 11 et 12 avril 2015, avec marche à allure naturellement poétique (avec des arrêts tous les 500 mètres environ, pour lire et dire les seize poèmes affichés de manière durable) le long du « Chemin des Poètes » le samedi et « Petit salon du livre de poésie » le dimanche.

Voici les poètes " élus " cette année : Georges Cathalo,- Pablo Neruda, Chantal Godé-Victor, Pascale Albert, Alexandra Pommier, Maurice Fombeure, Jean Le Boël, Guillaume Apollinaire, Perrin Langda, Jacqueline Persini-Panorias, Issa, Isabelle Pouchin, Annabelle Jouchoux, Malcolm de Chazal.

Pour en savoir plus : http://biloba.over-blog.com/categorie-1075353.html



Tarn en poésie avec Jacques Ancet

JPEG - 29.2 ko
Jacques Ancet

ARPO est une association loi 1901, créée dans le Tarn en 1982 à l’initiative de Jean-Lucien Aguié et Gérard Cathala avec pour but de sensibiliser le public à la création poétique d’aujourd’hui en faisant découvrir et mieux connaître les Revues de poésie. Elle a notamment créé une Bibliotheque conservatoire des revues de poésie quasi unique en France, avec une exposition permanente de son fonds dans les locaux du Centre Culturel et Médiathèque Jean-Baptiste Calvignac, à Carmaux.
Elle organise également, outre une série de rencontres à Albi, Carmaux, Gaillac et autres villes, une grande manifestation annuelle autour d’un poète de renom. Depuis 1983, y on été invités Gamarra, Le Sidaner, Guillevic, Rousselot, Sedar Senghor, Chedid, Joubert, Deguy, Noël, Stétié, Hubin, Dhainaut, Temple, Juliet, Velter, Goffette, Khoury-Ghata, Adonis, White, Dorion, Laâbi et bien d’autres...
Cette année, c’est Jacques Ancet qui sera le poète invité de la 33e édition (prévue sur la période du 19 mars au 19 mai).
Jeudi 26 mars à 18 heures à Carmaux, inauguration avec Jacques Ancet, aux côtés de l’artiste peintre Muriel Boursin qui exposera au Centre Culturel. L’association Fluidanse de Bénédicte Dubusc présentera une chorégraphie en lien avec l’auteur invité.
Vendredi 27 mars, 20h30 à la médiathèque d’Albi, soirée rencontre lecture avec Jacques Ancet, présenté par Yves Charnet.

Contact 05.63.76.09.73 Site : www.arpo-poesie.org



Jean-Luc Wauthier vient de mourir

Je viens de recevoir la triste nouvelle : Jean-Luc Wauthier est décédé hier, dimanche 15 mars 2015, d’une crise cardiaque. Je perds un ami rencontré tardivement mais avec lequel j’étais en correspondance depuis des décennies. Texture quant à elle perd un collaborateur précieux qui nous donnait des nouvelles de la poésie de Belgique avec sa chronique « Du côté des poètes belges ».
Jean-Luc Wauthier était né est à Charleroi le 14 novembre 1950. Poète et essayiste, il était également un critique apprécié. Il était depuis 1991, rédacteur en chef du « Journal des Poètes » et, depuis 2008, président de la Maison internationale de la Poésie-A. Haulot.
On trouvera sur Texture un dossier le concernant ici
Que sa famille et ses proches veuillent bien recevoir nos condoléances très sincères.

Philippe Leuckx évoque sa mémoire :

Le poète et critique Jean-Luc WAUTHIER est mort ce dimanche 15 mars 2014. Il avait soixante-quatre ans.
Revuiste, enseignant, poète, animateur, critique, romancier, rédac’ chef du journal des poètes depuis 1991, doyen du Conseil d’Administration de l’A.E.B., Président du Prix Robert-Goffin, immense lecteur des poètes et découvreur de nouveaux talents, lecteur aussi des manuscrits du Fonds National de Littérature depuis de longues années.
Oui il avait toutes ces casquettes, et drôle avec ça, et s’emportant avec ça, et voltairien avec ça.
Il avait organisé avec d’autres potes du Journal des poètes une rencontre poésie pour l’enseignement dans son Ecole Normale de Nivelles et j’en ai un souvenir ému.
Il répondait sur des fiches bristol petit format de sa belle et petite écriture au porte-plume réservoir bleu.
Il envoyait des livres pour recensions.
Il partait un jour aux States pour voir sa grande fille.
Il faisait l’éloge des grands poètes qu’il aimait : Ayguesparse, le petit Schmitz...
Il était heureux comme un gamin de la renaissance du Journal, de sa « reprise » récente.
Il avait rejoint, après sa retraite, le pays de son père, la Fagne, la belle Fagne namuroise de Villers, de Sart... L’enfance était souvent nichée entre escalier et poème, jusqu’au cœur de ses plus beaux recueils : « Au nom du père » chez Marc Imberechts, « Sur les aiguilles du Temps » chez Yves Namur.
Il était passé au roman et j’avais été ébloui par le second « Les Tablettes d’Oxford », dans le droit fil d’une littérature intelligente, érudite, passionnante, celle de Curvers et de Yourcenar.
« Manteau de silence » l’enveloppe aujourd’hui et je suis d’une tristesse...

P.L.



Michel-François Lavaur n’est plus

Autre décès, celui survenu le lundi 23 Mars 2015, à 80 ans, de Michel-François Lavaur, poète et infatigable animateur de la revue Traces dont il tint la barre un demi-siècle durant. En 2011, affaibli par la maladie, l’instituteur originaire de Corrèze et installé à Sanguèze, en Pays nantais, n’était plus en mesure de poursuivre le travail de l’artisan qui a composé, collé, assemblé, façonné, expédié 175 numéros. Les filles du poète, Pascale et Krystel, et Michel-François lui-même ont voulu préparer un ultime numéro, le 176, où de nombreux auteurs ont rendu hommage à celui qui avait contribué à faire émerger bien des voix nouvelles (lire ici )
Parmi ses publications (une trentaine de titres), on retiendra, en français et en occitan, aux éditions Traces : « Masque et miroir » « Petite geste pour un homme nu », « Aubiat », « Argos II » (Plein chant, 1973), « Argos VI » (Le Pavé, 1984), « Je de mots » (le dé bleu, 1978), « Mille poètes, mille poèmes brefs » (L’arbre à paroles, 1997).
Krystel Lavaur a créé le site où l’on retrouve la richesse foisonnante des publications de l’éditeur du Pallet (voir ici)

Je lui avais dédié ce poème (paru dans le numéro 176, puis repris dans « Un présent qui s’absente », ed. Bruno Doucey, 2013) :

Traces

A Michel-François Lavaur


Dans l’avalanche des jours,
les traces se perdent,
mais les poètes qui survivent en nous,
en gardent le dessin
dans le bestiaire intime
où les culs des lapins,
font frémir les talus,
où l’écureuil sur sa branche
vous engueule au passage,
où dans le regard du chevreuil apeuré
se lit l’étonnement d’être si vite,
en deux bonds de vivant insouciant,
à portée des fusils,
à portée du néant.
Dans l’avalanche des jours,
les traces se perdent,
mais les poètes qui survivent en nous
dans la forêt dense et touffue d’une revue,
entre les lignes et les ans,
retrouvent la piste des amis perdus,
toute la geste des hommes nus
qu’humblement l’artisan,
dans la ferveur du vivant généreux,
a gravé sur le sable des pages,
à portée de l’oubli,
à portée du néant.


Sète : canons de paix pour 3 millions de poèmes

La ville de Sète vous donne rendez-vous à l’occasion du Printemps des poètes
le samedi 21 mars à 16 heures dans la rue Gambetta, entre la place du Pouffre et la place Aristide Briand. C’est là que se déroulera en effet l’opération « Canons de paix pour 3 millions de poèmes ».
Du haut des immeubles tomera une pluie de poèmes propulsés par des canons à papie Des poèmes venant du ciel. Des poèmes de toutes les couleurs, des voix de poètes de nombreux pays. Une pluie de poèmes le temps d’un feu d’artifice. Des poèmes que chacun pourra cueillir en vol ou ramasser, que chacun pourra lire à son gré dans la rue sur les multiples podiums sonorisés installés spécialement – lire pour les partager... Parmi les 3 millions de poèmes à recueillir, des numéros gagnants dont un 1er prix : une semaine à Istanbul pour deux personnes, pendant le Festival international de poésie d’Istanbul (tirage au sort et remise des lots sur place à l’issue de l’événement - 10 prix à gagner)
Pour participer : déposer un poème que vous avez choisi dans l’une des urnes installées à Sète chez les commerçants de la rue Gambetta et de la rue Alsace-Lorraine, les trois librairies de Sète, à l’accueil de la Mairie, au Bar à Lire, au Bar du Plateau à la Cave au vin vivant et à la brasserie Le Flore. Envoyer par mail (sete.accueil@voixvivesmediterranee.com ou museepalvalery@ville-sete.fr ) un ou plusieurs poèmes sur papier couleur (poèmes choisis par vous chez un poète contemporain ou non, du pays de votre choix mais traduit en français). Apporter un poème le samedi 21 mars et le déposer avant 16 h dans une des urnes installées sur place.
L’événement est co-organisé par le Festival de poésie de Sète, Voix vives de Méditerranée en Méditerranée, et le Musée Paul Valéry. Pour que les voix des poètes demeurent vivantes et vivaces !



Rendez-vous à Batz-sur-Mer puis à Mesquer-Quimiac

C’est dans le cadre du « Printemps des poètes 2015 » que je suis invité en Bretagne, près de Nantes, pour deux rencontres-lectures les 20 et 21 mars, à Batz-sur¬-Mer puis à Mesquer-Quimiac, dans la ville où naquit Hélène Cadou.
Le vendredi 20 mars, je serai l’invité pour une rencontre-signature de la librairie d’Élisabeth Lesimple, « La Gede aux livres », à Batz-sur-Mer (Loire-Atlantique) à 18 heures.
Le samedi 21 mars je serai à Mesquer-Quimiac, invité de L’association « Des Sources et des Livres » au Restaurant « Le Bélem » à 17 heures (entrée libre tout public). Présenté par François de Cornière, résidant à Quimiac, je lirai mes poèmes, sans doute une nouvelle, parlerai de mes amis poètes d’aujourd’hui.
Pour ces deux rencontres, mes textes seront lus également par Fernand Jourdain, qui sera accompagné par une accordéoniste. Ce rendez-vous amical se prolongera par une signature. Durée de la Rencontre-Lecture : 1h30.
Possibilité de dîner sur place en soirée. Réservation conseillée au Bélem : 02 40 15 24 56
Renseignements : asso. Des Sources et des Livres tél. 02 40 22 39 74. http://www.dessourcesetdeslivres.fr



Marianne Auricoste : « Habiter la terre »

Comédienne et écrivain, Marianne Auricoste propose un spectacle qu’elle a conçu sous le titre « Le poème au cœur de la matière - Habiter la terre », le mercredi 18 mars à 20 heures au Port du Salut, 163 bis rue St Jacques à Paris V (participation libre). Marianne Auricoste sera accompagnée aux flûtes et percussions par Dominique Bertrand.

Cette lecture-concert constitue le troisième acte de la Trilogie : Le souffle de l’Univers ( le Cosmos) - Semailles de lumière ( la lumière) - Habiter la terre. Elle réunit des textes de Etel Adnam- Salah al Hamdani - Marianne Auricoste - Michel Baglin - Andrée Chedid - François Cheng - Aimé Césaire - Georges Emmanuel Clancier Leopold Congo Mbemba -Mahmoud Darwich - Birago Diop -Gil Jouanard- Michaël Glück - Guillevic - Paol Keineg - Vénus Khoury Ghata- Abdellatif Laâbi - Werner Lambersy – Alain Mabanckou - Rita Mestokosho - Jean Metellus- Thierry Metz - Théodore Monod -Murgam - Cécile Ouhmani- Octavio Paz- Francis Ponge - Pierre Rhabi -Fouad Rifka - Yannis Ritsos -Adjalâl ud Din Rûmi - Dominique Sampiero- Amina Said Jean Pierre Siméon - Rabindranath Tagore -Tchicaya U’Tamsi -Kenneth White. En partenariat avec la Gradiva et dans le cadre du Printemps des poètes 2015.



Paris : « De Bagdad et Damas »

La lecture poétique et musicale « De Bagdad et Damas » avec Salah Al Hamdani(Irak), Omar Youssef Souleimane (Syrie) acompagnés par Arnaud Delpoux (Guitare et piano) et Isabelle Lagny (Voix) se déroulera ce dimanche 15 mars 2015 à 19h30 au Théâtre Comedie Nation (77, rue de Montreuil, Paris 11ème).
Entrée libre mais réservation conseillée au 01 48 05 52 44.



Tarbes : hommage à Pierre Colin

JPEG - 24.9 ko
Pierre Colin par Jacques Basse

L’équipe de Thot’M l’Atelier d’Écriture invite à un hommage à Pierre Colin,
le 21 mars à 20h30 à la salle de l’ensemble instrumental de Tarbes (Place Anatole France. 65000 Tarbes) - le Printemps des Poètes étant là pour nous rappeler combien la poésie est faite pour « inventer l’éternité ».
La soirée sera consacrée à l’œuvre de Pierre Colin, fondateur et animateur de l’atelier d’écriture Thot’m, décédé le lundi 5 mai 2014. Passionné de poésie, ce "feu rebelle" qu’il n’a cessé d’allumer tout au long de sa vie et de ses engagements, Pierre Colin a reçu le grand prix national de poésie pour la jeunesse, le prix spécial du jury international Max-Pol Fouchet et le prix Xavier Grall pour l’ensemble de son œuvre. C.Verzeletti, comédien, lira des extraits de l’œuvre de Pierre Colin ; D. Abbate, musicien, interprètera des morceaux de guitare classique. Des lectures seront faites et des témoignages apportés par tous ceux qui le désireraient au cours de cette soirée-hommage.



Saint-Gaudens : rendez-vous le 14 mars

Le samedi 14 mars, à partir de 16 heures, je serai l’invité de la Médiathèque du Saint-Gaudinois (3, rue Saint-Jean. 31800 Saint-Gaudens), pour une rencontre-lecture animée par son directeur, poète et écrivain, Pierre Maubé.
J’y présenterai et lirai des extraits de mes derniers recueils de poésie, « Un présent qui s’absente » (Bruno Doucey éd.), « De chair et de mots » (Le Castor astral éd.), de mon recueil de nouvelles « La Part du Diable » (Le bruit des autres éd.) ainsi que de ma farce théâtrale, « Dieu se moque des lèche-bottes » (Le bruit des autres éd.).
J’y parlerai aussi des poètes de Midi-Pyrénées et de la situation de la poésie en France aujourd’hui.



Le terrorisme au nom de l’islam

J’ai reçu un abondant courrier à la suite de ma série d’article sur Charlie, la liberté d’expression et les religions. (voir "Manières d’approches" ) J’y écrivais en substance qu’il était un peu court de prétendre que les récents massacres n’avaient aucun rapport avec l’islam (et plus largement avec le fait religieux). Je suis heureux de constater que des intellectuels du monde musulman eux-aussi appellent à une autocritique et à un examen de l’islam avec la déclaration « Notre responsabilité à l’égard du terrorisme au nom de l’islam ». Leur appel a été publié dans « L’Obs », on peut le lire également ici : http://www.petitions24.net/notre_responsabilite_a_legard_du_terrorisme_au_nom_de_lislam http://revue-texture.fr/le-droit-a-l-irrespect.html
Voilà qui donne un peu d’espoir en ces moments si sombres.

De nouvelles menaces

Je veux par ailleurs relayer l’appel de mon syndicat de journaliste, le SNJ, qui vient de me parvenir :
« Zineb El Rhazoui, collaboratrice de Charlie Hebdo, ainsi que son mari, l’écrivain marocain Jaouad Benaissi, font l’objet d’appels au meurtre sur les réseaux sociaux. Les menaces de mort sont accompagnées de la photo et d’informations sur le domicile et le lieu de travail de Jaouad Benaissi. Les syndicats français de journalistes, SNJ et SNJ-CGT, et le Syndicat National de la Presse Marocaine (SNPM), organisations membres de la Fédération Internationale des Journalistes (FIJ), exigent des autorités marocaines et françaises qu’elles prennent toutes les mesures nécessaires pour assurer la sécurité de Zineb El Rhazoui et son mari. »

Lire l’intégralité du communiqué sur le site du SNJ



Concours « Scènes de toits à ciel ouvert »

L’Association des Écrivains Bretons (AEB) lance un second concours d’écriture intitulé « Scènes de toits à ciel ouvert », orienté vers la satire sociale en écho à l’écrivain Alain René Lesage, auquel est consacré le numéro 2 de la newsletter Breizh Deiz ainsi qu’un culture quiz (à découvrir sur le site). Comme l’an dernier, les candidats peuvent concourir en français, en breton ou en gallo. Participation gratuite, délai : 30 mai 2015. Règlement complet et formulaire d’inscription en pièces jointes ainsi que sur le site de l’Association des Écrivains Bretons http://www.ecrivainsbretons.org/ Pour toute demande d’information : concours.aeb@gmail.com La remise des prix aura lieu en septembre.



Aurillac : Jean-Louis Bernard aux moments poétiques

Les moments poétiques d’Aurillac déroulent leur saison culturelle sous l’égide de Jean-Louis Clarac au théâtre d’Aurillac à 18h30. La prochaine rencontre aura lieu le mardi 24 février avec Jean-Louis Bernard. Depuis plus de trente ans Jean-Louis Bernard construit patiemment une œuvre parcourue et nourrie de silence, de cri, d’obscur, de mémoire, de source. Ombre et lenteur caractérisent son cheminement poétique.
Chaque auteur invité choisit un un poète du « patrimoine » lu par une comédienne. Jean-Louis Bernard a choisi François Villon dont Thérèse Canet lira des lais et des ballades.



Toulouse : Michel Piquemal à la Renaissance

Jeudi 5 mars à 20h30 la librairie de la Renaissance (1 Allée Marc Saint-Saëns 31100 Toulouse. Tel : 05 61 44 16 32 / 05 62 14 10 07) recevra Michel Piquemal pour une rencontre autour de son livre « Heureux sans Dieu ni religion » . D’actualité, donc !
Michel Piquemal, 59 ans, est un des auteurs majeurs de la littérature jeunesse, qui se consacre inlassablement à la transmission des valeurs humanistes au travers d’albums, de romans et d’ouvrages philosophiques, comme les « Philo-fables ».
Dans ce livre très documenté, il défend les valeurs de l’athée (lire l’article de J Ibanès).



jeudi 16 avril 2015, par Michel Baglin

Remonter en haut de la page



Le prix Paul-Quéré à Denis Heudré

Créé par l’association Les Editions Sauvages, le prix Paul-Quéré, décerné tous les 2 ans, distingue un poète partageant la démarche, les valeurs et les qualités défendues par Paul Quéré, poète, critique et peintre, fondateur des revues Ecriterres et Le Nouvel Ecriterres, décédé en 1993 à Pont-l’Abbé. Le jury composé de Bernard Berrou, Louis Bertholom, Marie-Josée Christien, Bruno Geneste et Ariane Mathieu, a désigné le lauréat 2015/2016. Leur choix s’est porté sur Denis Heudré.
Denis Heudré, né à Rennes en 1963, vit en Ille-et-Vilaine. Comme Paul Quéré, il écrit (poésie et articles critiques), dessine et peint. Présent dans plusieurs revues et ouvrages collectifs (par exemple, Décharge, Diptyque, Spered Gouez / l’esprit sauvage, Cairns et les revues par internet Zinzoline et Terre à ciel), il a publié deux recueils : « Intitulé titre » (La Porte, 2011) et « Bleu naufrage - élégie de Lampedusa » (La Sirène étoilée, 2015).
Il autoédite également ses livres en version numérique, téléchargeable gratuitement sur son site http://denisheudre.free.fr .
Critique dans la revue par internet Recours au poème, membre de la Maison de la Poésie de Rennes, il se consacre aussi à mettre en lumière la poésie sous toutes ses formes. Sa personnalité discrète et l’humilité de sa démarche, son écriture sensible et ancrée dans le réel et le monde qui l’entoure, ont séduit le jury.

Denis Heudré sera récompensé en mars 2016 par l’édition à compte d’éditeur de 100 exemplaires d’un ouvrage de poésie dans la collection Ecriterres créée à cet effet, du nom de la revue fondée et animée par Paul Quéré.



Prix 2015 du poème en prose Louis Guillaume

Au cours de sa réunion du 28 janvier 2015, le jury a décerné le Prix du Poème en Prose Louis Guillaume à : Mathilde Vischer, pour « Lisières » (Éd. p.i.sage intérieur). Des voix se sont portées (par ordre alphabétique) sur Béatrice Bonhomme, « Variations du visage & de la rose «  (Éd. L’Arrière-Pays) ; Erwann Rougé, « Passerelle » (Éd. L’Amourier).
Le prochain Prix du Poème en Prose sera attribué en janvier 2016 (recueils écrits en langue française, parus dans le courant des années 2014 et 2015 ; livres à envoyer en trois exemplaires, avant le 30 septembre 2015, à la Présidente de l’Association, Jeanine Baude, 20 rue de Tournon, 75006 Paris).
Le jury est composé de : Max Alhau, Jeanine Baude, Gérard Bocholier, Sylvestre Clancier, Paul Farellier, Déborah Heissler, Roland Reutenauer, Jeanine Salesse, Katty Verny-Dugelay, Yekta. Membre d’honneur : Lazarine Bergeret.
Renseignements complémentaires : sur demande à la Présidente de l’Association, Jeanine Baude, 20 rue de Tournon, 75006 Paris ; - ou encore à l’adresse courriel : association@louis-guillaume.com



Un mètre linéaire de poésie dans les bibliothèques

« J’ai eu cette idée de mètre linéaire, une sorte de minimum poésie, comme une plaisanterie, à Villevêque en Anjou », raconte l’écrivain et poète Joël Bastard. Et de poursuivre : « Il faudrait, au moins, un mètre de poésie dans toutes les bibliothèques de France ! Florence, la directrice de la bibliothèque de Villevêque m’a répondu, pour nous, c’est bon ! On en a même plus...Anne Pozzan et Christine Trangosi de la bibliothèque de Briollay, une ville voisine, m’ont dit trois mois plus tard, nous sommes entrain de réaliser ce mètre de poésie dans notre bibliothèque. Très ému par cette annonce, c’est donc grâce à elles que je diffuse cette plaisanterie : MINIMUM UN MÈTRE LINEAIRE DE POÉSIE DANS TOUTES LES BIBLIOTHÈQUES DE FRANCE. Nous avons tous conscience qu’un mètre c’est peu. Nous savons que la rentrée littéraire n’est jamais poétique ou théâtrale. Mais un mètre c’est déjà ça, c’est vite dit et c’est vite fait. On peut même imaginer que certaines bibliothèques répondront, mais chez nous, c’est trois, quatre, cinq, six mètres que nous avons ! »
Une initiative que j’applaudis volontiers !
Allez voir le site, ici



Prix Georges Moustaki

Jeudi 26 février à 20 heures aura lieu, au Centre Malesherbes de l’Université Paris-Sorbonne (108, boulevard Malesherbes, Paris 17ème, métro Malesherbes), la finale du 5ème Prix Georges Moustaki de l’artiste indépendant et/ou autoproduit. L’entrée est libre mais la réservation absolument obligatoire. Toutes les informations sur ce lien. http://www.matthias-vincenot.fr/index.php/actualites/item/3870-prix-georges-moustaki-2015-qui-succedera-a-robi-et-govrache



Marin Ledun à Toulouse

Polars sur Garonne, en collaboration avec la librairie Terra Nova et Utopia Toulouse invitent à rencontrer Marin Ledun à l’occasion de la sortie de son nouveau roman, « Au fer rouge » (Éditions Ombres Noires) le lundi 23 février à 18 heures à la librairie Terra Nova, rencontre/dédicaces et à 20 heures Utopia, projection du film G.A.L suivi d’un débat.
Marin Ledun, auteur des « Visages Écrasés » (Grand Prix 2012 du Festival international du film policier de Beaune) et de « L’homme qui a vu l’homme » (Prix Amila-Meckert 2014), signe un polar féroce et ambitieux.



-2017 Revue Texture Contact | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0