Retour à l’accueil > Auteurs > LEUCKX Philippe > Lectures de Philippe Leuckx 2018

Notes critiques

Lectures de Philippe Leuckx 2018

Philippe Leuckx est né en 1955 à Havay et vit dans le Hainaut belge. Il est l’auteur d’une trentaine de livres et plaquettes de poésie et de plusieurs monographies. Mais il est également critique et collabore à ce titre régulièrement à de nombreuses revues et plusieurs blogs.

Revue Texture est heureuse d’accueillir également ses notes de lecture.



Lucien Noullez : « Les travaux de la nuit »



« Par cette lucarne - la seule dans la ville, on assiste aux travaux secrets de la nuit », cette définition par Hardellet du simple mot « lucarne » en page 96 de « Les Chasseurs », (Livre de poche n°5000), renvoie au titre choisi par Lucien. On ne cite jamais André Hardellet à propos des beaux travaux poétiques de Noullez, et pourtant que de connivences entre les deux dans l’instance presque surréelle de ces propositions infinitives, qui donnent de l’ampleur poétique même à une vache ! On cite, il est vrai, plus souvent Follain (qu’il mentionne, disant qu’il n’écrit pas tout en récitant son poème et « ses bruits de scie de Follain »), Fombeure, Fargue, on murmure la grâce de Supervielle, on frôle la Bible et on croit qu’on a tout dit. Nenni, c’est mal connaître cet arpenteur nocturne de lucarnes que le pauvre André n’a pu décemment connaître. Mais la poésie rapproche la révision du boulevard Beaubourg, où le père d’André s’affairait autour des montres, et il y a de l’horloger-repriseur mesuré et précis dans le travail de Lucien, l’horlogerie du cœur guidant à force d’’infinitifs envoyés dans les airs (veux-je dire dans les titres)...
L’effaceur de rides eût pu être une de ces nomenclatures d’André Hardellet. Dans un beau poème, Lucien « a passé les deux paumes / sur les rides,/ il a tout effacé, et puis il a soufflé, en demandant / pardon » (p.54)
Les infinis infinitifs portés aux titres comme on se soucie d’étager l’essentiel - l’action infinitive, le projet, le désir d’échapper à l’insignifiance ou à la paresse - rameutent toutes les définitions de l’acte d’écrire un poème : traquer, tricoter, coudre, regarder, pelleter, continuer...
Cette écriture, tout attentive à se dénier le droit de dire quoi que ce soit de définitif à son propos, murmure tout de même ce qu’il faut bien penser du monde quand le tour a été fait, et que bon, il reste des pépites à sauver des misérables miracles que nous sommes, que nous voyons, que nous serons.
Ce poète qui dit « ne rien savoir » de rien, énonce des banalités qui haussent ces petites fables de rien du tout au statut des aphorismes qu’on aime se relire, le soir, pour « des travaux (secrets) de la nuit » : l’effacement (déjà en p.19), la quête nombreuse relais de l’égarement (p.58), le silence que l’on s’impose, les silences que l’on se donne (p.68), « je me tairais » (p.74) est du dernier rigolo : l’être qui écrit est bavard, le poète, dense, économe ne l’est pas, et s’il revient à la ligne peu de fois, c’est que l’économie poétique l’impose.
La « voix cassée sur la voix de ta mère » pousse à « tirer l’archet » : n’écrit-on pas par nécessité intérieure et forcément profonde ? « Je regarde la mer avec la science du chagrin » : je rapproche ces deux vers et l’une remplace l’autre, dans les eaux bleu gris du souvenir !
Le livre inépuisable troque les choses dans une pose inédite : celle qu’avive la dense porosité d’un cœur épris de langage, et qui lâche ses petites perles avant qu’il ne soit trop tard.
La vraie poésie n’est jamais en retard d’une image qui gobe l’inventive mesure du monde pour en faire une bulle de patience en dépit de tout - du vent, de la mort, de l’absence.

(Lucien Noullez : « Les travaux de la nuit », éditions du Pairy, 27, bd de la Révision, 1070, Bruxelles, 2018, 82p. Photos de Marie Peltier. éditionsdupairy@editionsdupairy.com )



Françoise Lefèvre : « Hermine »



La douleur pour un bébé s’appelle sans doute sevrage. Le cap est ardu, difficile. Mais bon, il s’adapte. Sevrer une jeune mère de son nouveau-né ressemble à une petite catastrophe, même si elle sait que son nourrisson est bien aidé, humainement, techniquement.
« Hermine » de Françoise Lefèvre relate cette douloureuse expérience vécue en 1986, qu’elle écrit huit années plus tard, la décantation n’ayant rien enlevé à cette séparation forcée entre une couveuse et une mère saturée de lait - désormais inutile ? La petite, bien prise en charge par l’équipe des infirmières de la maternité de Dijon, à laquelle le livre est dédié, ne peut dépasser les 4 livres ni ingurgiter ne fût-ce que 5 cl de lait ou d’eau sucrée.
Et pourtant, quel bonheur dans la vitalité renforcée d’une mère qui va même jusqu’à plonger sa tête dans la couveuse pour « toucher » (le verbe supervillien revient souvent sous la plume de Françoise) la petite Hermine.
La peur a taraudé cette mère - de quatre enfants. Peur de perdre, faute au petit cœur secoué, cette future violoncelliste. Peur de fauter. Peur d’avoir ce lait qui monte pour... rien. Si, pour le lactarium et la vilaine machine « extractive » qui fait mal...
Françoise, en une petite septantaine de pages, dit l’essentiel de cet amour filial, de ce fil précieux qui unit pour le pire, surtout pour les minutes heureuses (terme qui revient dans « Alma » et qui est la « Consigne » d’un autre titre) que chaque lecteur partage avec bonheur.
Une prose simple, poétique, quasi objective par les notations médicales, nous presse le cœur : « C’est une autre nuit. Si tout va bien, dans quelques jours on commencera à te gaver - c’est le mot qu’ils emploient - par ta sonde gastrique. D’abord un peu d’eau sucrée. Plus tard mon lait toujours sous forme de gavage. » (p.29)
Parler de soi, de ses proches, est un exercice difficile : il faut être Lefèvre ou Ernaux ou Avril ou Frain pour éviter le banal, le cliché, ou le pathos effrayant de certaines narrations. Le miracle chez Françoise et ses consœurs précitées tient à une volonté de nouer cœur, raison et fermeté d’écriture. Bref, ce qu’on appelle le style.

(Françoise Lefèvre, Hermine, Stock, 1994, 80 pages.)



Lire aussi
 : Françoise Lefèvre : « Consigne des minutes heureuses » (Michel Baglin) Lire & (Philippe Leuckx) Lire



Eric Allard : « Les écrivains nuisent gravement à la littérature »



Eric Allard, revuiste et poète, anime depuis près de dix ans le blog-notes « Les Belles Phrases », littéraire et artistique en diable, et donc publie pour lui-même parcimonieusement mais harmonieusement. Cinq livres seulement depuis 2009, dont un conjointement avec l’ami Denys-Louis Colaux. Poèmes, aphorismes, petites proses constituent son fonds de commerce poétique, au meilleur sens du terme : en commerce, comme on dirait en collégialité avec les mots qu’il aime, triture, avec lesquels il joue : il a ce côté louisedevilmorinesque, s’imposant comme elle et comme d’autres, vrais oulipiens ou oulipiens de corps et d’esprit, des règles de conduite verbale, lexicale, poétique.
« Les écrivains nuisent gravement à la littérature » est son nouveau titre de gloire ! Enfin, brisons la modestie et la discrétion de cet auteur, brillant, retiré pour lire, écrire, écouter musiques et mots.
Dans cette belle édition du « Cactus Inébranlable », couverture entre noir et blanc où le rouge du titre fait tache volontaire, le poète Allard s’en donne à corps, chair, cœur joie pour étriller les vices cachés ou non de bien des auteurs, poètes et romanciers, quêteurs de gloriole et autres zacadémies, « sans foi ni loi« , en jouant de toutes les ressources : aphorismes, mots pris au pied de la lettre, calembours, zeugmes, proverbes détournés, vers célèbres ou titres récrits...
Allard, à la suite de Cathalo (qui a aussi égratigné les mœurs littéraires), en 94 pages bien tassées, dame le pion de pistonnés de la chose littéraire, de magnats trop bien installés, tourne en dérision maints comportements liés aux foires et aux réseaux...
L’auteur des « Corbeaux brûlés » et des « Lièvres de jade » aime par dessus tout jouer avec la langue, sachant mieux que quiconque essorer les usages et déceler les nouvelles acceptions, au tamis de sa culture, énorme, de ses lectures, incessantes, de ses humeurs, et de son humour jaune-noir-rose dévastateur :
« Le crash-texte mesure la résistance des écrits aux accidents littéraires » (p.13). « L’écrivain qui brûle ses livres pour se chauffer épargne de l’énergie fossile en même temps qu’il économise des lecteurs » (p.17). « On fait tout un fromage avec les films de Jean-Luc Gouda ! Alain Tomme-Grillet a bien tourné » « L’Edam et après » (p.20).
« Apparitions margueritales » : Depuis le centenaire de sa naissance, Marguerite m’apparaît à la cuisine, près du cellier ou dans le couloir. Elle m’appelle Eric Andrea Steiner. Elle dit qu’elle a arrêté de boire, de filmer des conneries, de lire Desproges, de croire en Mitterrand et même au communisme. (...) Elle me demande comment on tweete car elle se verrait bien tweeter à tout-va sur la politique macronienne, sur la retraite de Platini, sur la post-sublimité de Christine Villemain et sur les amours de Depardieu avec Poutine » (p.23).
Bien sûr, on attend le poète au tournant de ses aphorismes : « Au Salon de l’aphorisme, l’invité d’honneur est un auteur de contes brefs » (p.25). « Je connais plus d’un auteur d’aphorismes qui vous emporte loin avec ses mots-valises » (p.27). « L’aphoriste est-il un éjaculauteur précoce » (p.29) : celle-là même Despax, brillant joueur de signifiant, ne nous l’a pas encore faite !
Passant en revue, selon des thèmes circon(s)(r)i(t)s, le statut de l’écrivain (« à vue de texte »), « une brève histoire du roman machinal », l’apparition de Duras, les salons, les « histoires d’écrivains », les listes chères (à Bretonnière, Perec...), le statut du poète et autre « carnaval du livre », Allard veut, en bon oulipien, épuiser le sujet, en donner tout le suc, l’irrésistible moelle :
« Tu t’es vu quand t’as lu ! » (p.76) - « Cet auteur marron ne publie que ses chutes de feuilles » (p.67) - « D’une plaquette à l’autre, le poète vainc sa maladie du sens » (p.53) - « Ce poète périclite, il se met tout doucement à écrire des nouvelles » (p.49) - « Le poète qui prend la prose s’expose à la tentation romanesque » - « Dans la vie de Céline, il y a beaucoup de points de suspicion » (p.39).
On n’en finirait pas d’extraire de ce livre qui a pour seule mission, je crois, de rire d’une profession qui parfois s’y croit, se crucifie à s’y croire, prend pose pour un brin de prose, dès lors, les vacheries sont bienvenues : « Quand j’écris, mon éditeur aime me caresser la main. Cela ne me dérange pas car j’écris mes livres avec les pieds » (p.60).
Et les constats - d’échec, de carrière, de genre maudit - pleuvent comme des alarmes : « Depuis que je n’ai plus de veine avec les éditeurs, je me fais un sang d’encre » (p.60).
Il y a de quoi grappiller, de quoi susciter des réflexions, de quoi enregistrer des bons mots (qui n’en sont pas seulement). Allard a trouvé un bon filon : inépuisable.

(Eric Allard : « Les écrivains nuisent gravement à la littérature ». collection P’tits Cactus #37, 94 pages, 9 € Ed. Cactus Inébranlable )



David Besschops : « Avec un orgasme sur la tête en guise de bonnet d’âne ».



C’est un tout petit livre, une plaquette de 28 pages, et pourtant que de souffle, de vie, d’audace et d’acuité dans cette prose poétique, qui semble d’écriture automatique, qui recèle des fulgurances, des trouvailles à faire pâlir les poètes du dimanche.
D.B. déroule le « ruban » noir, très noir de sa vie en altérité, puisque l’autre est au cœur (sang, corps, sexe ...) de ses textes. Et la douleur, en sus.
Il faut être D.B. vraiment pour oser « une formule qui change les plaies en douleur de plaisance », puisque « la routine se déhanche », parce que « dans la boîte à pluie l’après-midi quoi que j’intente je ne parviens pas à ôter la luminescence qui te nimbe ».
L’autre, sujet de ce mini-recueil (mais combien essentiel, quoique tissé de seulement quatorze pages de textes !), « cette altérité pareille à un inconnu qui rentrerait du travail s’assoirait dans ma tête déplierait son journal ».
Les fulgurances sont d’un grand poète : « par couardise je porte une vie parallèle sous ma souffrance » (digne d’un Ungaretti). Ou : « Je fais une course avec qui lorsque je cours à ma perte ». Ou : « Je m’éveille avec des mains trop larges pour nous ».
Les trouvailles (quoique, après tant de livres que j’ai épouillés de D.B, je dusse être averti) fusent et la chute réserve « un enfant » « à l’intersection de l’autre et de ses propres illusions », « l’enfant lui-même pourrait s’y glisser se briser par inadvertance ».
On retrouve là l’aversion puissante d’un enfant à l’encontre de ses géniteurs, souvent exprimée dans d’autres livres de D.B.)
D.B. est un « idiot planté au milieu du langage ». J’ajouterai (c’est malheureusement de moi, et ça ne vaut pas l’original) : l’intelligente acuité au milieu du front en guise de pull-over réversible ou de re-volver (à l’almodovar).

(David Besschops : « Avec un orgasme sur la tête en guise de bonnet d’âne ». boumboumtraala, 2017.)
Philippe Leuckx



Lire aussi :

Philippe Leuckx : DOSSIER
Philippe Leuckx : « D’obscures rumeurs » (Michel Baglin) Lire
Philippe Leuckx : « Les ruelles montent vers la nuit » (Michel Baglin) Lire
Philippe Leuckx : « Effeuillement des choses vers les confins » (Michel Baglin) Lire
Philippe Leuckx : « Lumière nomade » (Michel Baglin) Lire
Philippe Leuckx : « Carnets de Ranggen ». (Michel Baglin) Lire
Philippe Leuckx : « Selon le fleuve et la lumière » (Michel Baglin) Lire
Philippe Leuckx : « Quelques mains de poèmes » (Michel Baglin) Lire
Philippe Leuckx : « Rome à la place de ton nom » (Michel Baglin) Lire

et :

Lectures de Philippe Leuckx 2018

Lectures de Philippe Leuckx 2017

Lectures de Philippe Leuckx 2016

Lectures de Philippe Leuckx 2015

Les critiques de Philippe Leuckx (2014)

Les critiques de Philippe Leuckx (2013)



mardi 2 janvier 2018, par Philippe Leuckx

Remonter en haut de la page



Philippe Leuckx


Philippe Leuckx est né le 22 décembre 1955 à Havay (Hainaut belge).
Licence en philologie romane et baccalauréat spécial en philosophie. Mémoire consacré à Proust. Professeur d’histoire de l’art, de français et de philosophie en classes terminales.
Il est membre de l’Association des Écrivains Belges, de la Scam.
Auteur d’une trentaine de livres et plaquettes de poésie et de plusieurs monographies.
Critique, il est collaborateur régulier dune dizaine de revues littéraires (Le Journal des poètes, Bleu d’encre, Francophonie Vivante, Reflets Wallonie-Bruxelles...) et de blogs (poezibao, Les Belles Phrases, Sources, Les Carnets d’Eucharis...)
Écrivain-résident à l’Academia Belgica de Rome (2003, 2005, 2007).



Une sélection d’ouvrages

Une ombreuse solitude (L’Arbre à paroles, 1994),
Le fraudeur de poèmes (Tétras Lyre, 1996),
Une espèce de tourment ? (L’Arbre à paroles, 1998),
Touché cœur (L’Arbre à paroles, 2002),
Rome rumeurs nomades (Le Coudrier, 2008),
Étymologie du cœur (Encres vives, 2008),
Selon le fleuve et la lumière (Le Coudrier, 2010),
Un piéton à Barcelone (Encres vives, 2012),
D’enfances (Le Coudrier, 2012),
Au plus près (Editions du Cygne, 2012),
Quelques mains de poèmes (L’Arbre à paroles, 2012),
Dix fragments de terre commune (La Porte, 2013)...

Prix Emma-Martin 2011. Prix Gros Sel 2012.



Florence Noël : « L’étrangère »



p.14 : « il y a grande douceur/ à aimer secrètement« 
p.44 : « il faut manger/ des morts/ l’ultime rime »
p.65 : « naître/ ce mot à couper le souffle/ dans son écrin de hurlements. » ...sont de bons exemples d’une écriture que resserre l’exigence.
Dès l’incipit, la poète signe son vif attachement à vie et mort : « parfois / je séjourne comme / les morts / la tête obstinément fixée vers le ciel »(p.11). Jusqu’au bout, la mort est une compagne d’ « âpre solitude » (p.82, ultime poème). Entre les deux, une manière personnelle de tutoyer l’amertume, le regret, le remords : « j’ai pavé mon allée de remords » (p.72).
Parfois le souvenir de Mimy Kinet affleure : réminiscence dans « car s’ils savaient/ à quelle hauteur/ je danse » (p.60). Parfois, les aveux signent une crudité bien franche : « je suis une malade / chronique / d’un temps fiché / comme une aiguille » (p.53).
La densité voisine avec la lucidité foncière : « peut-être qu’un jour / elle élira les seuls mots / nécessaires // pour qu’ils la réconcilient / d’un regard » (p.28).
L’ironie la cingle en premier : « c’est un peu fou d’inexister / avec tant de ferveur / de densité / rêveuse // ça doit être cela, ce sourire / parfois » (p.24).
Les dessins légers, élégants et originaux de Sylvie Durbec insèrent une distance bienvenue, comme si l’âpreté voulue des poèmes devait être d’office contrebalancée.
Les nombreux vocatifs cachés ou directs mettent le lecteur dans la poche empathique d’un univers décrit au sceau de la vigilante nudité à se dire : « dans ce qu’il reste / d’aujourd’hui / je ne dirai plus rien / j’ai appris beaucoup de / votre jeunesse » (p.52).
Oui, « l’âme (est) transparente » (p.63) et le lecteur en permanente tension. Un beau deuxième livre de poèmes.

(Florence Noël : « L’étrangère, » éd. bleu d’encre, 2017, 86p., 12€.)



-2018 Revue Texture Contact | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0