Retour à l’accueil > Actualité > Lettres de printemps

Brèves d’avril

Lettres de printemps

Des festivals, des lectures, des rencontres, mais aussi, hélas, des deuils… De nouvelles informations pour aborder le printemps.



Hélène Cadou nous a quittés

JPEG - 41.4 ko
Hélène et René-Guy Cadou

Hélène Cadou s’est éteinte le samedi 21 juin, à l’aube de l’été. D’aucuns diront qu’elle a rejoint René-Guy. Elle, y croyait. Nous, nous lui souhaitons. En tous cas, ceux qui l’ont rencontrée, comme j’en ai eu la chance il y a quelques années, ne peuvent oublier son sourire. Ceux qui l’ont lue, ceux qui ont entendu ses poèmes mis en musique et chantés par Martine Caplanne ou Môrice Benin, entre autres, la garderont au cœur.
Voir le dossier


Blagnac : « Au fil des voix, au fil des mots »

La librairie Au Fil des Mots, à Blagnac (31), organise ce vendredi 20 juin à partir de 19h30 une soirée poésie, « Au fil des voix : polyphonie torse ». Quatre poètes interviendront par des lectures de leurs textes et des échanges : Casimir Prat, Jen Reilach, Benjamin Alexandre et Michel Baglin.
Librairie Au Fil des Mots, 18 rue de la Croix Blanche, 31700 Blagnac. Tel 05.61.42.31.89. www.librairie-aufildesmots.com contact@librairie-aufildesmots.com


Hommage à Gaston Puel

Bruno Foglia (voix et musique) et Béatrice Fauré (voix) présenteront « La marge blanche de demain », leur spectacle-hommage à Gaston Puel au Café Plùm de Lautrec dans le Tarn (Tél. : 05/63/70/83/30 et www.cafeplum.org ) le mercredi 18 juin 2014 à 20 heures 30. Ce spectacle sera suivi d’échanges et de lectures autour de l’œuvre de Gaston Puel. Auparavant, il y aura possibilité de se restaurer sur place sous la forme d’une « auberge espagnole » à partir de 19h30.


Morice Benin à la Cave-Poésie de Toulouse

JPEG - 38.9 ko
Môrice Benin par Guy Bernot

La cave-poésie (71, rue du Taur) de Toulouse donne Carte blanche à Morice Benin avec, au programme :
Les mardi 17 et mercredi 18 juin à 19h.30 : Morice Benin chante Léo Ferré. « La mémoire et la mer » : Ferré a laissé une empreinte, un souffle si indélébiles, qu’il s’agira avant tout de n’éroder ni la flamme ni la force, les personnalités de l’un et de l’autre s’accordant …
Le jeudi 19 juin à 19h.30 : Morice Benin chantera René-Guy Cadou Avec Dominique Dumont (guitare, voix). « Comme un fleuve » : Ces textes, Benin les a habillés d’une musique qui porte le verbe sans prendre le pas sur lui, en retrouvant sa ligne mélodique profonde.
Enfin Le vendredi 20 juin à 19h.30 : les Nouvelles chansons de Morice Benin » Avec Dominique Dumont (guitare, voix), sous le titre « Infiniment ». L’apaisement et la force sont bien palpables dans ces oeuvres célébrant la beauté, l’infiniment petit, la quête intérieure chère à chacun.
Contact : cavepo@aol.com 05 61 23 62 00


Sète : Voix Vives de Méditerranée en Méditerranée

La prochaine édition du Festival Voix Vives de Méditerranée en Méditerranée aura lieu à Sète du 18 - 26 juillet 2014. Elle proposera plus de 650 rencontres poétiques et musicales, au rythme de plus de 60 rendez-vous quotidiens dans des jardins, publics ou privés, sur les places, dans les rues elles-mêmes transformées pour quelques jours en jardins, sur le brise-lames, au Théâtre de la Mer, en bateau….
Elle accueillera plus de cent poètes venus de toutes les Méditerranée : les Méditerranée africaine, des Balkans, latine, orientale, et la Méditerranée dans le monde (d’outre-Atlantique, d’Afrique ou de la francophonie). Ils seront entourés de nombreux artistes, conteurs, musiciens, chanteurs, comédiens, plasticiens qui offriront avec eux une approche plurielle de la parole poétique.
L’ouverture du Festival aura lieu le vendredi 18 juillet à 21h30 dans le jardin du Château d’eau avec le spectacle Poésicales 2014, une création du Festival réunissant de nombreux poètes et artistes invités, mêlant musique des voix et des langues en une grande fête de la poésie.
La sélection des auteurs invités permet d’accueillir à Sète les grands noms et les voix émergentes de la poésie méditerranéenne, représentatifs de toutes les tendances de la poésie contemporaine. Les lectures, rencontres et spectacles poétiques et musicaux sont d’accès gratuit. Seuls les spectacles au Théâtre de la Mer et au Jardin du Château d’Eau sont payants.



Prix SGDL à Robert Nédélec

Le grand prix de poésie de la Société des Gens de lettres à Paris
a été attribué à Robert Nédélec pour l’ensemble de son œuvre, suite à la parution de « Quatre-vingt entames en nu » aux éditions Jacques Brémond pendant l’hiver 2013-2014. La remise officielle du Prix sera effectuée dans les salons de la Société des Gens de Lettres à l’Hôtel de Massa à PARIS (14e) le 18 juin 2014 à 18h30.


La dernière fugue de Jean-Claude Pirotte

L’écrivain et poète belge Jean-Claude Pirotte est mort samedi, le 24 mai 2014, des suites d’un cancer à l’âge de 74 ans. Fugues et cavale l’ont fait traverser « l’éternel paysage du désenchantement pur » au cours d’une vie aux multiples facettes, dont celle d’un poète et romancier de grand talent qui aimait à brouiller les pistes.

Texture lui a consacré plusieurs articles constituant un dossier, ici .

On lira également l’excellent article de Jacques Décréau sur le site La Pierre et le sel,ici

Salut à Jean-Claude Pirotte

Lucien Wasselin lui rend hommage :
" Le temps n’est pas seulement à la pluie, il est aussi à la mort. Après Pierre Autin-Grenier, c’est Jean-Claude Pirotte qui vient de nous laisser ; désemparés. En 2011, j’avais ouvert un dossier à lui consacré dans Texture, que j’avais alimenté jusqu’en octobre dernier avec une note de lecture sur "Brouillard", son roman autobiographique… Je le savais malade, il me l’avait dit dans une de ses lettres. Puis, le silence s’était installé, il ne me répondait plus, je ne recevais plus ces missives dont l’enveloppe, à chaque fois, était enluminée. C’est fini, le facteur ne déposera plus dans ma boîte aux lettres ces petits trésors qui éclairaient singulièrement la journée. Je n’ai pas le courage de les reprendre aujourd’hui. J’imagine le combat qu’il a mené contre le crabe, je peux juste me verser un verre de vin… Dans "Brouillard", l’auteur Pirotte attribuait un cancer à son narrateur qui lui ressemblait étrangement… Mais le récit restait marqué par une grande désinvolture assez étonnante. Nous restent aujourd’hui les livres de Jean-Claude Pirotte. Et reste à vivre "entouré de livres" car "c’est la compagnie rêvée". Pirotte a vécu son rêve et rêvé sa vie. C’est ce que je vais faire, juré, craché dans mon verre de vin !"

Lucien Wasselin


Le prix Louis Guillaume à Françoise Ascal

La bibliothèque historique de la ville de Paris et l’association les Amis de Louis Guillaume invitent le lundi 2 juin à 18h45 à la remise du Prix du Poème en Prose Louis Guillaume à la lauréate 2014, Françoise Ascal, pour son recueil « Lignées » illustré de peintures de Gérard Titus-Carmel (Éditions Æncrages & co) en présence de l’écrivain et du plasticien.
Lectures de poèmes de Louis Guillaume par Alix Husain et Paul Farellier. Entretien entre Jeanine Baude et Françoise Ascal suivi d’une lecture de textes par la lauréate. Projection d’extraits du film de Dominique Roussel sur l’œuvre de Gérard Titus-Carmel, « Brisées – Sur la Route de la Soie ». Puis buffet convivial. (Bibliothèque Historique de la Ville de Paris, 24, rue Pavée, PARIS 4è)


Le Prix Boccace de la nouvelle à Jean-Pierre Cannet

Les jurés du Prix Boccace de la nouvelle ont décerné le dimanche 25 mai leur Prix 2014 à Jean-Pierre Cannet pour « Le Grand labeur » publié par les éditions Rhubarbe.
Jean-Pierre Cannet qui réside à Vézelay, est l’auteur de nombreux ouvrages, romans, nouvelles et pièces de théâtre. Rhubarbe publie des livres depuis 10 ans à Auxerre, essentiellement dans les genres courts, poésie et nouvelles, dont il devient petit à (très) petit un éditeur de référence.
« Le Grand labeur » est un recueil de 13 nouvelles expressionnistes où violence et tendresse, humour et tragique se côtoient et se répondent en permanence, nous dit Alain Kewes, le diercteur de Rhubarbe. Un enfant poursuivi par la guerre trouve refuge dans une carcasse de bœuf, un autre assiste son grand-père poissonnier dans ces derniers instants et lui fait la fête... On s’inquiète, on se scandalise, on se noie d’émotions, on rit. La langue parfois apre, crue, est servie par un style flamboyant d’une très grande maîtrise.
Quant au prix Boccace, dernier né des grands prix consacrés à la nouvelle, il doit son nom à l’auteur du « Décaméron », le premier recueil de nouvelles publié en Europe. Créé par l’association Tu connais la nouvelle ? impliquée depuis plus de vingt ans dans la défense et illustration de ce genre littéraire, il est attribué chaque année au château de Chamerolles avec le soutien du Conseil général du Loiret. Les jurés du prix Boccace : Jean-Marie Blas de Roblès, Hervé Le Tellier, Christiane Baroche, Fabienne Jacob, Gérard Audax et Arnaud Modat


Polars sur Garonne est né

« Président et vice- présidente de Toulouse polars du Sud, nous avons rendu publique le 20 février dernier, notre démission en raison de désaccords. Cette décision, aussi douloureuse qu’elle fut, n’a pas entamé notre enthousiasme pour continuer à défendre et à promouvoir les littératures policières comme nous le faisons depuis plus de trente ans. C’est pourquoi nous avons le plaisir de vous annoncer la naissance de l’association Polars sur Garonne dont l’activité se manifestera tout au long de l’année. (…) Nous
vous donnons rendez-vous à l’automne où plusieurs importantes initiatives sont programmées »,
précise Ida Mesplède (présidente) dans un communiqué.
Claude Mesplède est le conseiller littéraire de l’association.
Après une premier rendez-vous le Vendredi 23 mai à la librairie toulousaine des Frères Floury, le prochain aura lieu jeudi 3 juillet à 18 heures, à la librairie Ombres Blanches (50 rue Gambetta, Toulouse) avec Hervé Le Corre, qui présentera son œuvre la plus récente, « Après la guerre » , un roman qui a reçu le prix européen du Point au salon de Lyon Quai du polar et le Prix Landerneau Polar (éditions Rivages/Thriller).



Une marche Toulouse-Collioure pour Antonio Machado

JPEG - 24 ko
Antonio Machado

En 1939, talonnés par les troupes franquistes, cinq cent mille républicains espagnols arrivent à la frontière française, où pour nombre d’entre eux, les attendent les camps de concentration, la mort par maladie, et bientôt pour beaucoup la déportation. Parmi eux, marche en titubant, le poète Antonio Machado, âgé de 64 ans. Il est exténué. Avec sa mère, ils vont descendre à Cerbère dans un fourgon cellulaire. Leur première nuit en terre exilée se passe ainsi dans un wagon oublié, dans le froid, sur une voie de garage de l’Histoire. Le mercredi 22 février, à trois heures et demie de l’après-midi, il meurt tandis que sa mère agonise dans la même chambre. La nouvelle de la mort du poète se répand très vite parmi les exilés catalans et espagnols. Mais aujourd’hui, beaucoup l’ont oublié.
Une poignée de marcheur de la poésie pourtant se la rappelle. Ils organisent, avec Serge Pey, et le CIAM /chantier d’art provisoire de l’université de Toulouse-Jean Jaurès, une marche de Toulouse à Collioure, en hommage à Antonio Machado, « La boîte aux lettres du cimetière », qui partira le vendredi 16 mai à 11 heures de l’Université Toulouse-Le Mirail pour arriver à Collioure le samedi 31 mai.

JPEG - 23.6 ko
Serge Pey (ph Guy Bernot)

Voici ce qu’en dit Serge Pey :
« Le 16 mai 2014 je vais partir de l’avenue Antonio Machado, adresse de l’Université de Toulouse-Le Mirail, et marcher jusqu’au cimetière de Collioure où se trouve la tombe d’Antonio Machado. Un poète est aussi un facteur. Dans ma sacoche je porterai des centaines de lettres écrites par des enfants que je posterai sur la tombe de Machado le samedi 31 mai, à 11 h du matin. Une des rares tombes du monde où est érigée une boîte aux lettres. Sur tout ce parcours, je vais remonter le canal du Midi jusqu’à Carcassonne et traverser les Corbières jusqu’à la Méditerranée. Mes étapes de poésie : Ramonville, Castelnaudary, le seuil de Naurouze, Bram, Carcassonne, Mayronnes, Laroque de Fa, Cucugnan, Quéribus, Tautavel, Rivesaltes, Elne, Saint Cyprien, Argelès, Perpignan… Tout au long de cette marche de quinze jours, j’évoquerai la mémoire de la poésie, ainsi que l’Odyssée des exilés de la République espagnole. Une halte de résistance sera effectuée à chaque camp de concentration qui a vu la détention de ceux qui voulaient réaliser l’espérance. (…)

JPEG - 33.6 ko
De nombreux poètes vont se recueillir sur la tombe de Machado à Collioure. Ici Christian Saint-Paul.

J’évoquerai ainsi avec mes pieds, ceux que mon ami Rafael Alberti avait nommé jadis les « poètes du sacrifice » : Federico García Lorca, assassiné dans un ravin de Viznar (Grenade) et Miguel Hernández, mort de tuberculose à la prison d’Alicante. J’associerai également la mémoire de Walter Benjamin à Port-Bou, dont le nom porte celui de la fin d’un voyage, ce bout du port, là où une mer infinie nous attend.
Le dernier vers d’Antonio Machado, griffonné sur un bout de papier froissé, retrouvé dans sa poche était le suivant : « Estos días azules y este sol de la infancia ». « Ces jours d’azur et ce soleil de l’enfance » sont les nôtres. Ma marche, notre marche, sera celle d’une victoire et non celle d’une « retirada ». Antonio Machado ne s’est jamais retiré. La poésie non plus. Nous avons des pieds dans la bouche qui ne s’arrêtent pas de marcher. »

Signalons enfin qu’avant le départ de la marche, Serge Pey signera le mardi 13 mai à 18 heures ses deux derniers livres à la librairie Ombres Blanches à Toulouse.



La sélection pour le prix Mallarmé

L’Académie Mallarmé communique se première sélection en vue du prix Mallarmé qui sera décerné lors de la Foire du Livre de Brive, début novembre. Je la diffuse avec d’autant plus de plaisir que j’ai le bonheur d’y voir figurer mon dernier recueil, Un présent qui s’absente. Au 30 avril les livres retenus sont :
Michel BAGLIN : Un présent qui s’absente, Bruno Doucey. Alain BRETON : Les Éperons d’Éden : Les Hommes sans Épaules éditions. Roger DEXTRE : Œuvres poétiques, deux volumes, La rumeur libre. Réginald GAILLARD : L’attente de la tour, Ad Solem. Hubert HADDAD : La Verseuse du matin, Dumerchez. Philippe LEKEUCHE : Le Jour avant le jour, Le Taillis Pré. Jean MAISON : Le Boulier cosmique, Ad Solem. Robert NEDELEC : Quatre-vingts entames en nu, Jacques Brémond. Stéphane SANGRAL : Ombre à n dimensions, Galilée. Muriel STUCKEL : L’Insoupçonnée ou presque, Voix d’encre.
Le Prix Mallarmé, décerné depuis 1937, récompense un poète d’expression française pour un recueil publié entre le 1er octobre de l’année précédente et le 1er octobre de l’année en cours, ou pour l’ensemble de son œuvre publié dans les mêmes délais. Les anthologies personnelles ne sont pas prises en compte.
Siège social : Hôtel de Massa, 38, rue du Faubourg Saint-Jacques, 75014 Paris, France Courriel : sg-academiemallarme@orange.fr



Beaune fête les dix ans des éditions Rhubarbe

En rimes, en vers ou en prose, l’association « L’Ivresse des beaux vers » de Beaune (Côte-d’Or) entraîne le public en territoire poétique. Ce qu’elle fera encore le samedi 24 mai, de 15 à 17 heures, à la bibliothèque Gaspard Monge. C’est en effet dans le cadre des 10 ans des éditions Rhubarbe d’Auxerre qu’elle convie à une rencontre avec l’éditeur Alain Kewes et le poète Werner Lambersy. « L’Ivresse des Beaux Vers » donnera en intermède quelques lectures, extraits d’ouvrages publiés par Rhubarbe.
Nées fortuitement en décembre 2004, les éditions Rhubarbe atteindront les 100 titres publiés fin 2014. Près de 70 auteurs ont vu leurs mots et leur imaginaire mis en pages. Poésie, nouvelle, essai, récit de voyage, le catalogue est diversifié, chacun faisant entendre sa voix qui enrichit les autres. Et Rhubarbe continue !
Poète belge, Werner Lambersy vit à Paris. Il a été en charge de la promotion et de la diffusion de la poésie francophone de Belgique. Avec des titres emblématiques, ses livres marquent son parcours. Vous pourrez retrouver ses deux derniers recueils publiés aux éditions Rhubarbe : « Conversation à l’intérieur d’un mur » et « L’assèchement du Zuiderzee » .


Autour des éditions L’herbe qui tremble

Le PEN Club français invite le mercredi 28 mai à 18h30 au 6, rue François-Miron, 75004 Paris ( métro Hôtel de Ville ou Pont-Marie ) à une rencontre avec les éditions L’herbe qui tremble à l’occasion de la parution des recueils de Gérard Bayo « Un printemps difficile », Pierre Dhainaut « L’autre nom du vent » et Max Alhau « Le temps au crible » .
Avec la participation des auteurs et de Thierry Chauveau, directeur des éditions.



La poésie au cœur des arts

Pour la quatrième année consécutive, les Éditions Bruno Doucey publient l’anthologie de référence du Printemps des Poètes. « La poésie au coeur des arts » est le thème de cette 16ème édition qui a eu lieu du 8 au 23 mars. Dans ce livre, 80 poètes sont rassemblés, auteurs classiques ou contemporains ayant confié des inédits. Tous mettent en évidence le dialogue fertile que les poètes entretiennent avec d’autres créateurs : peintres, musiciens, danseurs, photographes... Le plus de ce livre : neuf carnets de création, où l’on voit des œuvres en gestation mêlant deux formes artistiques.
Parce que la poésie est au cœur de toute aventure artistique, les poètes et les artistes de ce livre nous invitent à regarder le monde par la fenêtre ouverte des autres arts.

(244 pages. 18,50 €. ISBN : 978-2-36229-061-9)

Poésie avec Guillaume Galienne

Guillaume Galienne a consacré sur France Inter son émission « Ça peut pas faire de mal » de samedi 8 mars au Printemps des poètes et à Max Jacob. Mais il a également évoqué l’anthologie « La poésie au cœur des arts » avec notamment une lecture de mon poème « Chez Doisneau ». Pour l’écouter c’est ici.



Rue Saint Ambroise  : prix du Concours de nouvelles

La Maison de l’Amérique latine et la revue Rue Saint Ambroise organisent la remise de prix du Concours de nouvelles 2014 de la revue Rue Saint Ambroise et le lancement de son numéro spécial, le vendredi 16 mai à 19heures à la Maison de l’Amérique latine, 217, boulevard Saint Germain – Paris 7 (Métro : Rue du Bac).
Revue Rue Saint Ambroise. 11, allée Francis Lemarque. 94100 Saint-Maur-des-Fossés. Site http://ruesaintambroise.weebly.com/



Pierre Autin-Grenier nous a quittés

Je le savais malade, mais comme toujours la mort malgré tout nous surprend quand elle survient… C’est en Algérie que j’ai reçu le message de François de Cornière : Pierre Autin-Grenier venait de nous quitter, ce samedi 12 avril au matin, à Lyon et au terme d’une longue lutte contre le cancer.
Pierre était un ami de très longue date, rencontré grâce à Henri Heurtebise qui le publia le premier. Nous nous retrouvions ici ou là, à Toulouse ou à Carpentras, à Caen aussi, pour les Rencontres pour lire, à Montauban, ou à Lauzerte sur la place aux nouvelles… Le chablis animait souvent nos conversations, et je lisais bien sûr tous ses livres. On trouvera ici de nombreuses critiques, que j’ai signées, mais aussi des articles de Jacques Morin, Georges Cathalo et quelques autres parmi ses nombreux admirateurs.
Ainsi que l’hommage de François de Cornière, à lire ici.

La crémation aura lieu à Lyon ce jeudi à 14h30. Qu’Aline veuille bien trouver ici l’expression de notre affection attristée.

JPEG - 40.4 ko
Pierre Autin-Grenier avec Jean-Jacques Marimbert et Michel Baglin, à Carpentras, été 2000

Autin-Grenier est un styliste. Le poète de « Jours anciens », d’« Histoires secrètes » , le nouvelliste de « L’Ange au gilet rouge », depuis longtemps glissait vers le récit. Son entrée chez Gallimard (L’Arpenteur) n’a fait que confirmer cette tendance avec la publication en 1993 de « Je ne suis pas un héros », puis d’une suite de textes brefs, « Toute une vie bien ratée » (1997), de « L’éternité est inutile » (2002), etc. Tout le charme de son écriture, qui fait du désespoir existentiel son carburant et de l’ironie son arme défensive, est celui d’un pince-sans-rire jouant de la dérision comme d’un révélateur, pour nous donner des nouvelles du temps qu’il fait dans nos têtes et nos vies. Jubilatoire à force de noirceurs, ce chantre de la paresse et du farniente sous le crachin, ce « petit poète blanc qui aurait préféré être un grand nègre » nourrit ainsi paradoxalement la révolte de son lecteur contre tout ce qui a « un chiffon effiloché dans la tête et rien d’autre pour rêver ».



Decize (Nièvre) : salon de la nouvelle

Le salon de la nouvelle Litter’Halles de Decize (58) se déroulera le dimanche 18 mai 2014, Salle Théodore Gérard (Levée de Loire. 58300 Decize), de 10 heures à 18h30.
De nombreux auteurs seront présents, entre autres : Denis P. Allain, Sandra Amani, Michel Baglin, Stéphane Beau, Francis Belliard, Franck Courtès, Patrick Da Silva, Dominik Drouin, DUF C. Gatel-Chol, Michel Huvet, Roger Judenne, Menerahn, Stéphane Monnot, Catherine Montiel-Font, André Vallet. Mais aussi leurs éditeurs. Au total, plus de 30 invités.
Le Prix de la Nouvelle de la ville de Decize Littér’Halles récompense un recueil de nouvelles francophones. 7 recueils ont été sélectionnés par 11 comités de lecture.
Depuis 18 ans, l’association « Lire sous Les Halles » œuvre à la promotion de la lecture et de l’écriture en organisant un concours de nouvelles ouvert à tous les amateurs à partir de 14 ans. Cette année, il s’agissait d’écrire une nouvelle sur le thème J’ai voulu voir …. Le prix sera remis en fin de journée.

« La part du diable » sélectionné pour Littér’Halles
Après Lunatik en 2012 et Patrick Da Silva en 2013, qui sera le lauréat du 3ème Prix Littér’Halles de la nouvelle de la ville de Decize ? Pour découvrir la sélection 2014, les recueils, les auteurs, allez sur le site, ici : http://litterhalles2014.canalblog.com/ Mon recueil « La part du diable » est dans la sélection.



Festival du livre de Sainte-Foy-de-Peyrolières

Le Festival du livre de Sainte-Foy-de-Peyrolières (Haute-Garonne) se déroulera le 1er juin 2014. Pour sa 6e édition, l’Agora propose des rencontres avec des écrivains autour du thème "L’Histoire" et invite à venir partager, débattre avec eux autour de leurs dernières nouveautés.
L’après-midi, au "café littéraire", des rencontres seront organisées avec les auteurs. La Librairie de la Renaissance vous conseillera et vous guidera dans vos choix. On procèdera le dimanche à la remise du prix de "L’Agora de Ste Foy".
Musique et expositions compléteront agréablement cette journée.
En avant première, le samedi soir, à la salle des fêtes, sera proposée une soirée chanson française avec : Patrick Chalvet.



Hommage à Gaston Puel

Sous le titre, « La marge blanche de demain », une exposition en hommage au poète Gaston Puel sera proposée par le peintre Bruno Foglia en l’église de Veilhes (dans le Tarn, près de Lavaur) du 29 mai au 3 juin, de 14 à 20 heures.
Si vous ne savez pas où aller en ce 31 mai automnal, n’hésitez pas : prenez donc la route pour Veilhes ! Là, vous découvrirez, à partir de 17/18 heures une originale exposition des oeuvres de Bruno Foglia, talentueux artiste qui a réinvesti l’église du village pour une présentation de ses oeuvres sur 15 ans de création. Ensuite, après un apéritif offert par la municipalité locale, vous pourrez assister sous le préau de l’école à un spectacle où trois artistes rendront hommage à Gaston Puel.
Pensez à apporter de quoi boire et manger car, à l’issue du spectacle, une "auberge espagnole" rassemblera convivialement les participants pour un moment de partage autour de la mémoire vivante de Gaston Puel.
Hier soir déjà, malgré le froid, le vent et la pluie, près d’une centaine de personnes étaient là pour participer à une première soirée très réussie.


Rencontre poétique autour la revue Phoenix

Une rencontre poétique autour de la revue Phoenix n°13 se déroulera le jeudi 15 mai 2014 a 20 heures au cafe de la Mairie, 8 place Saint-Sulpice, Paris 6, avec pour poète invité de ce numéro, Jeanine Baude. Dialogue entre Joëlle Gardes et Jeanine Baude suivie d’une lecture de poèmes, puis partage des voix avec Gabrielle Althen, Myrto Gondicas, Catherine Bédarrida sont au programme...



Cave Poésie : les rugissants

Dans le cadre des rendez-vous lecture du jeudi (les Rugissants), ce jeudi 17 avril à 19h30, Bilbo lira « Monsieur Calvino et la promenade »
de Gonçalo M Tavares.
Monsieur Calvino habite la partie ouest du « Bairro », il est, comme son voisin Monsieur Valéry, un drôle de personnage. Si ce dernier a de nombreux problèmes qu’il cherche à résoudre par la logique, Monsieur Calvino, lui, préfère se promener pour mieux observer le monde et le comprendre. Il est rêveur mais rigoureux, toujours impeccable, jamais rien ne change chez lui. Il s’emporte contre la société moderne, les machines, les comptables, la presse, les écrivains immatures, et il déteste qu’on l’interrompe alors qu’il pense ! Il est certainement l’habitant le plus intellectuel du Quartier, souvent ému par les idées et pas seulement par le monde.
Cherchant sans cesse à « combiner les choses du monde », Monsieur Calvino marie les efforts physiques et la métaphysique, il se lance ainsi des défis techniques à première vue absurdes mais dans le but d’exercer son intelligence. Voilà donc que tous les samedis, il traverse le Quartier en transportant une barre parfaitement parallèle au sol ou bien déplace 10 kg de terre d’un endroit à un autre en utilisant une petite cuillère pour « entraîner les muscles de la patience ». C’est là sa façon bien à lui de penser le monde et de saisir le réel.
Gonçalo M. Tavares s’interroge ici encore sur notre rapport au quotidien et sur notre capacité à nous adapter ou à nous heurter à la réalité.
Tarif lecture : 5 € / pass 5 lectures : 20 €. Tarif « Jeudi Rugissants » (lecture + spectacle 21h00) : 10 € avec restauration légère disponible sur place.
Pour rappel, le spectacle de la semaine est La Chambre de Milena J. (Cie du Désordre / Filip forgeau).
Renseignements / Réservations : Cave Poésie René Gouzenne. 71 rue du Taur 31000 Toulouse /



Narbonne à l’heure de l’Amérique latine

Dimanche, à 15 heures, à la Nautique de Narbonne (9, rue de la Pinède - Narbonne - Port la Nautique), grand après-midi musical et littéraire autour de l’Amérique Latine. Au programme : 15h L’ile de Pâques, nombril du monde avec le concours des éditions Barameï. 16h, Hommage à Pablo Néruda et à la chanson hispanique avec Elle et J, - A. Gualino - Alexandra Collet et Jacques. Ibanès. A 17h, Duo guitares bossa jazz par P. Palacky et A. Frayret. A 18h : Scène Ouverte "chanson engagée". Entrée : 12 euros. Il est prudent de réserver au 06 21 46 75 81


Aurillac : la saison des moments poétiques

Les moments poétiques d’Aurillac déroulent leur saison culturelle sous l’égide de Jean-Louis Clarac au théâtre d’Aurillac à 18h30.
La première rencontre a permis au public de découvrir et d’écouter Monique Saint-Julia. Par la suite, et toujours sur le même principe, à savoir : les poètes invités lisent leurs poèmes, choisissent un poète du « patrimoine » lu par une comédienne, on a pu entendre Nicole Drano-Stamberg et Georges Drano. Puis Guy Allix, avec Paul Verlaine, Jacqueline Saint-Jean et Pierre Reverdy. Le 18 février 2014, 18h30 : Les poètes occitans des Troubadours à aujourd’hui, avec Félix Daval et Noël Lafon accompagnés par Thérèse Canet. Le 22 avril 2014, 18h30 ce fut au tour de Thomas Duranteau, avec René-Guy Cadou lu par Thérèse Canet. Le 20 mai 2014, à 18h30 ce fut le tour d’Odile Fix + Bernard Noël lu par Isabelle Peuchlestrade

Une soirée spéciale Anthlogie.

Le 25 mars 2014, fut une soirée spéciale autour de l’Anthologie « Les Moments poétiques d’Aurillac » regroupant des textes (ils ont été lus par Thérèse Canet, Isabelle Peuchlestrade, Nadège Prugnard) des 61 poètes invités de janvier 2006 à mai 2013 : Marie-Noëlle Agniau, Dominique Aguessy, Michel Baglin, Claude Barrère, Mohamed Ben Ouirane, Anne-Marie Bernad, Philippe-Marie Bernadou, Jean-Marie Berthier, Gérard Bocholier, Béatrice Bonhomme, Serge Bonnery, Laurent Bourdelas, Annie Briet, Franck Castagné, Georges Cathalo, Jean-Louis Clarac, Michel Cosem, Françoise Coulmin, Chantal Danjou, Josyane De Jesus Bergey, Luis Del Rio Donoso, Anne-Marie Dreyfus, Irène Duboeuf, Louis Dubost, Chantal Dupuy-Dunier, Jean-Pierre Farines, Stéphanie Ferrat, Odile Fix, Emmanuel Flory, Alain Freixe, Romain Fustier, Cathy Garcia, Colette Gibelin, Luce Guilbaud, Christiane Keller, Alain Lacouchie, Gilles Lades, Thierry Lambert, Marie Laroche, Cédric Le Penven, Isabelle Lévesque, Béatrice Libert, Béatrice Machet, Amandine Marembert, Pierre Maubé, Margo Ohayon, Gabriel Okoundji, Casimir Prat, Lou Raoul, Marie Rousset, Valérie Rouzeau, James Sacré, Jacqueline Saint-Jean, Christian Saint-Paul, Josette Ségura, Pierre Soletti, Dominique Sorrente, Anne Stell, Jean-Pierre Tardif, Jean-Pierre Thuillat, Claude Vercey.

On peut se procurer ce livre de 130 pages contre 12 euros auprès de Jean-Louis Clarac. 98 rue de l’égalité. 15000 Aurillac



« L’Autan des nouvellistes » à Carcassonne avec Michel Baglin

« L’Autan des nouvellistes » − recueil réunissant dix-sept écrivains toulousains amoureux de l’histoire courte et publié par L’Atelier du Gué ( voir ici) − reprend sa route et soufflera à Carcassonne ce samedi 10 mai à 10h30, à la librairie « Mots et Cie » (35 rue Armagnac - 11000 Carcassonne - 04 68 47 21 44) avec pour invité Michel Baglin, auteur de près d’une trentaine de livres et aussi de l’une des nouvelles de ce recueil, qui dialoguera avec Martine et Daniel Delort.
Valérie Schlée lira des extraits du recueil. Un pot de l’amitié est prévu.
Habitant la région toulousaine, Michel Baglin qui a exercé le métier de journaliste à la Dépêche du Midi signera également ses derniers ouvrages parus. « Dieu se moque des lèche-bottes » (théâtre, éd. Le bruit des autres), « Un présent qui s’absente » (poésie, éd. Bruno Doucey), « La Part du Diable » (nouvelles, éd. Le Bruit des autres), « De chair et de mots » (poésie, éd. Le Castor Astral), « La Balade de l’Escargot » (roman, éd. Pascal Galodé), « Chemins d’encre » (récits et carnets, éd. Rhubarbe), « Entre les lignes » (récits, éd. La Table Ronde).



samedi 7 juin 2014, par Michel Baglin

Remonter en haut de la page



6e édition du Festival les eauditives à Brignoles

Comme chaque année, depuis 6 ans, les éditions Plaine Page et la ZIP (zone d’intérêt poétique) organisent les eauditives les 30 et 31 mai prochains.
En naviguant entre performances, éditions, lectures, installations éphémères et débats littéraires, le festival Les eauditives continue à explorer de nouvelles voix et voies navigables entre arts et poésies. Il provoque à nouveau des rencontres inattendues et surprenantes entre les générations et les pratiques artistiques, pour favoriser et développer la mixité ainsi que la diversité esthétique et poétique. Les fontaines et les places du centre-ville de Brignoles deviennent ainsi des scènes éphémères, offertes au public fidèle et aux passants curieux. En savoir plus : www.plainepage.com et www.facebook.com/les.eauditives



Poitiers : rencontre avec Daniel Leuwers

Le samedi 17 mai 2014 à 18h, la Maison de la Poésie de Poitiers propose une rencontre-lecture avec Daniel Leuwers, poète et critique, au 198 rue du Faubourg du Pont neuf à Poitiers. Entrée libre Vente de livres.

Né en 1945 à Beaumont-sur-Oise, Daniel Leuwers est poète et critique littéraire, auteur d’une dizaine de recueils. Professeur de littérature contemporaine à l’Université de Tours, ses travaux critiques portent sur la poésie de Rimbaud et Mallarmé jusqu’à aujourd’hui. Membre de l’Académie Mallarmé, vice-Président du PEN Club français, président de l’Association internationale de la critique littéraire, il est, par ailleurs, passionné d’art pictural et a, depuis une dizaine d’années, initié l’entreprise des « Livres pauvres », collections hors commerce de petits ouvrages où l’écriture manuscrite d’un poète rejoint l’intervention originale d’un peintre (voir ici)



Décès de Pierre Colin

JPEG - 24.9 ko
Pierre Colin par Jacques Basse

J’apprends avec tristesse la mort de Pierre Colin, le lundi 5 mai au matin (il a été inhumé le 7 mai au cimetière de Martre de Rivière). Il m’avait envoyé il y a quelque temps déjà son dernier ouvrage, « le Nord intime », que je n’ai pas eu le temps de chroniquer, mais où je retiens ce vers magnifique : « Le cœur nous vient toujours d’un peu d’abîme ». Jacqueline Saint-Jean nous en parle ici.
La revue Spered Gouez lui rend hommage. Ici.



Le Prix Robert-Goffin à Philippe Leuckx

Le mercredi 21 mai 2014, à l’Athénée Royal de Wavre (Belgique), à 14 heures, Philippe Leuckxrecevra le Prix Robert-Goffin 2014, qui lui est décerné pour son recueil à paraître chez M.E.O. (prix décerné à un manuscrit anonyme) : « Lumière nomade ».
Ce prix existe depuis 1978, est biennal et a couronné, entre autres, Eric Brogniet, Caroline Lamarche, Lucien Noullez, Carl Norac, Yves Namur, Philippe Mathy, Gaspard Hons et Véronique Daine. Philippe Leuckx est poète mais aussi critique et collabore à revue-texture.



Rencontre avec Charles Dobzynski à la Biennale

La Biennale internationale des poètes en Val de Marne accueillera Charles Dobzynski pour une rencontre-lecture autour de l’homme et son œuvre le Mercredi 14 mai 2014 à 19h au Centre Jeanne Hachette (Place du poème. 8, promenée Venise Gosnat. 94200 Ivry. tél : 01 49 59 88 00.
Charles Dobzynskiest écrivain, poète et traducteur, journaliste et critique de cinéma, né en 1929 à Varsovie. Fin 1949, Paul Éluard présente ses premiers poèmes dans Les Lettres françaises. Sur proposition d’Aragon, il entre à la rédaction du quotidien Ce soir. Il devient ensuite chroniqueur aux Lettres françaises et ses contributions à Action poétique sont importantes. En 1972, il devient rédacteur en chef de la revue Europe : il en est aujourd’hui le directeur de publication. Il a publié une trentaine d’ouvrages de poésie où la réflexion sur la judéité s’avère récurrente. Il a publié diverses traductions (Rilke, Maiakovski, Markish, Sutskever) et tout particulièrement une Anthologie de la poésie yiddish plusieurs fois rééditée et actuellement dans la collection « Poésie/Gallimard ». Il est Chevalier des Arts et Lettres, membre de l’Académie Mallarmé et Président du jury du prix Guillaume-Apollinaire. Il a obtenu le Grand Prix de Poésie de la Société des Gens de Lettre pour l’ensemble de l’œuvre au printemps 2012.



Le 26e concours de nouvelle de L’encrier renversé

La Ville de Castres et la revue de nouvelle L’encrier renversé organisent leur 26e concours de nouvelles. L’inscription à ce concours est fixée à 5 €, gratuite pour les mineurs, les abonnés à l’Encrier Renversé (ou futurs abonnés : 34 euros ) ou ceux qui commande le numéro concours 2014 (10 euros parution fev 205) Le thème est libre. Pour participer, envoyer une nouvelle inédite de 15 pages maximum (22 500 signes) en quadruple exemplaire au : 25, chemin de l’Arnac, 81100 Castres (France) avant le 15 mai 2014. Anonymat garanti, 4 lectures par des jurés différents. Le jury final est composé des lauréats des éditions précédentes. Le premier prix est de 800 €, le deuxième de 350 €, le troisième de 250 €. Le prix Lycéens (cumulable) est doté de 150 €. Les œuvres des dix premiers seront publiées dans L’encrier renversé, n° 73. http://encrierrenverse.canalblog.com/



Le prix CoPo à Saïd Mohamed

Un nouveau prix de poésie, le CoPO (Île du Roi. 27100 Val de Reuil), vient d’être attribué pour sa première édition au poète Saïd Mohamed, pour son ouvrage poétique intitulé « L’éponge des mots » (Les Carnets du Dessert de Lune, éd.). Plus de 70 ouvrages étaient en compétition pour le prix 2014.
La remise officielle du prix (en présence de l’auteur et de l’éditeur) aura lieu le 14 mai 2014, à 18 heures, à l’agence CBA, rue de Le Nostre, à Rouen



« Poètes français de Venise »

Elrik Fabre-Maigné fera une lecture avec support musical sur le thème des « Poètes français de Venise » ce samedi 19 avril à 15h, Salle Robert Mesuret, dans le cadre de ses lectures mensuelles au Musée Paul-Dupuy de Toulouse.



Quelques poètes du Sud-Ouest

Pierre Maubé a recensé des poètes nés ou vivant entre Atlantique et Méditerranée sur son site : 74 poètes contemporains (de langue française) à découvrir ici : http://pierremaube.blogs.nouvelobs.com/archive/2013/12/09/quelques-poetes-du-sud-ouest-515417.html



Rencontre avec Guy Allix et Christophe Dauphin

Arts et jalons, association loi 1901 (siège social : Mairie de Saint-Mandé 94160) invite à une rencontre avec Guy Allix et Christophe Dauphin, l’Amitié, la Poésie, avec la participation du musicien Pierre Ginguené, le samedi 26 avril 2014. Rendez-vous à 14 h 30 précises au Centre Pierre Cochereau, 2 avenue Gambetta - 94160 St Mandé. Lecture des textes par Gérard Clery, Catherine Jarrett et Colette Klein.



-2017 Revue Texture Contact | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0